Le tronçon au centre-ville de Montréal du REM de l’Est est éliminé du projet

Le tronçon au centre-ville de Montréal du REM de l’Est est éliminé du projet Québec a décidé d’éliminer le tronçon du Réseau express métropolitain (REM) de l’Est au centre-ville de Montréal, estimant que l'acceptabilité sociale ne serait jamais atteinte. C’est ce qu’ont annoncé lundi le François Legault et la mairesse Valérie Plante à l’hôtel de ville de Montréal. Quatre autres changements au tracé seront évalués. François Legault a indiqué que la décision de son gouvernement de renoncer au tronçon du centre-ville avait incité la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) à se retirer du projet. «La Caisse a choisi de ne pas poursuivre et je les comprends. En enlevant le tronçon du centre-ville, ça devenait un projet qui n’était pas rentable», a expliqué le premier ministre. Les commandes du projet seront confiées à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), au ministère des Transports, à la Ville de Montréal et à la Société de transport de Montréal (STM), qui devront analyser le dossier et faire des propositions au gouvernement. Ce comité aura aussi pour mandat d’analyser des scénarios visant à raccorder le futur REM de l’Est à la ligne verte du métro, ce qui nécessitera d’augmenter la fréquence du métro, a précisé Valérie Plante. Il devra également examiner la possibilité de prolonger le REM de l’Est vers Lanaudière, via sa branche est, et vers Laval, pour son antenne vers le collège Marie-Victorin. L’intégration du REM dans le secteur Souligny devra également être améliorée. Québec entend conserver la technologie développée par CDPQ Infra, mais tout le montage financier du projet, dont le coût initial atteignait 10 milliards de dollars, devra être revu. L’échéancier de réalisation du projet devra également être repensé. Pour la mairesse Valérie Plante, les modifications apportées au projet représentent une victoire pour la Ville de Montréal. «Le tronçon en aérien au centre-ville était une erreur historique qu’il fallait absolument éviter de faire», a-t-elle fait valoir. Le projet du REM de l’Est et ses structures aériennes au centre-ville alimentaient la controverse depuis des mois. Il avait notamment fait l’objet de critiques sévères de la part de l’ARTM.