Des soldats au chevet des vétérans

Le Québec a un urgent besoin de «bras» dans ses CHSLD. François Legault se tourne vers les Forces armées canadiennes pour avoir le soutien de 1000 soldats. 70 militaires sont présentement à pied d’œuvre dans des CHSLD québécois: - CHSLD Valéo de Saint-Lambert (47 cas, soit 50 % des résidents) - CHSLD Villa Val des arbres de Laval (85 cas, 59 % des résidents) - Centre d’hébergement Yvon-Brunet (Ville-Émard, 115 cas, 71 %) - CHSLD de Verdun (83 cas, 38 %) Ces quatre CHSLD se trouvent tous au cœur de la crise, dans des établissements que Québec classe en code «rouge». Toutefois, 20 % des militaires ont été dépêchés à l’hôpital Sainte-Anne, géré par la CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Or, on n'y compte que deux cas de COVID-19 pour 400 résidents. «La présence des militaires à l’hôpital Sainte-Anne s’explique par le fait qu’on y trouve des vétérans», a répondu au «Devoir» le ministère québécois de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Le MSSS a ajouté que, «vu le petit nombre de cas [de COVID-19], le personnel de la santé de l’hôpital Sainte-Anne a été redistribué dans d’autres endroits. Ça a créé un manque à Sainte-Anne, d’où la présence des militaires». À Ottawa, on nie avoir eu quoi que ce soit à voir avec cette décision. «DND [la Défense nationale] / FAC [les Forces armées canadiennes] n’ont pas choisi les lieux», affirme le ministère de la Défense dans un courriel où le mot «pas» était surligné. L’armée canadienne a envoyé jusqu’ici au Québec 130 de ses membres la fin de semaine dernière. . L’Ontario demandera aussi l’aide de l’armée pour tenter de freiner les ravages que fait la COVID-19 dans cinq de ses résidences pour personnes âgées.