Les policiers séviront dans les parcs de Montréal

Les policiers seront plus présents dans les parcs de Montréal pour sévir contre les promeneurs qui ne respectent pas les consignes de distanciation sociale et d'éloignement physique. Si les citoyens ne sont pas plus disciplinés, la Ville pourrait fermer ces espaces verts au public, a prévenu la mairesse, Valérie Plante. Jusqu’à maintenant, les policiers ont plutôt misé sur la sensibilisation. Il n’y a eu aucun rapport d’infraction général, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal. Les policiers ne peuvent remettre eux-mêmes des constats d’infraction. En vertu de la Loi sur la santé publique, ils doivent d’abord faire un rapport d’infraction qui doit être soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Celui-ci déterminera si un constat d’infraction doit être délivré. Les citoyens délinquants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $. Même si certains secteurs de l’île demeurent plus touchés que d’autres par la pandémie, les autorités n’envisagent pas de les boucler. Des interventions sont prévues afin de hausser les mesures d’hygiène dans les immeubles où des cas de COVID-19 ont été détectés. On ignore encore si le lancement de la saison des Bixi sera reporté ou si le Grand Prix de Formule 1 et les festivals seront annulés ou reportés. La Direction de la santé publique régionale n’écarte pas l’idée de fermer des artères commerciales aux automobiles pour faciliter le respect de l'éloignement par les piétons.