Les États-Unis passent la barre du million de cas

Cela représente environ le tiers des cas de COVID-19 recensés dans le monde, selon l’Université Johns Hopkins. Les États-Unis sont, déjà depuis fin mars, le pays qui compte le plus de cas dépistés d’infection. Ils avaient atteint les 500 000 cas déclarés il y a moins de trois semaines, le 10 avril. Le pays est également celui qui compte le plus grand nombre de victimes de la COVID-19, avec plus de 58 300 décès liés à la maladie. Le nombre de malades décédés en deux mois du nouveau coronavirus aux États-Unis dépasse désormais celui des soldats américains tués en deux décennies lors de la guerre au Vietnam. L’épicentre de l’épidémie américaine se situe à New York, l’État enregistrant à lui seul près du tiers des cas déclarés à l’échelle nationale. Derrière les États-Unis, le deuxième pays comptant le plus de cas recensés est l’Espagne avec plus de 210 000 malades du coronavirus, suivie par l’Italie et la France. Les États-Unis justifient leur grand nombre de contaminations détectées par une politique de dépistage largement montée en puissance, avec plus de 5,6 millions de tests réalisés, selon l’Université Johns Hopkins. Mais proportionnellement à sa population, plus d’une quinzaine de pays font mieux en matière de dépistage. La Chine, d’où est partie l’épidémie en décembre et pays le plus peuplé au monde, ne recense officiellement que près de 83 000 cas de COVID-19. Mais ce chiffre est selon beaucoup largement sous-estimé. La pandémie a fait au moins 215 000 morts dans le monde depuis son apparition, et plus de 3 068 330 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires.