Coronavirus : Anglade s’offusque du vote de confiance accordé à Arruda

Le Conseil des ministres a entériné la nomination de M. Arruda pour un nouveau mandat de trois ans comme directeur national de santé publique. Horacio Arruda occupe les mêmes fonctions depuis août 2012. Le Parti québécois et Québec solidaire ne s'opposent pas à cette reconduction. Pour la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, trop de questions demeurent sans réponse pour justifier ce vote de confiance. Dans la crise de la COVID-19, M. Arruda s’est attiré tout autant de félicitations que de critiques. Sa spontanéité a charmé une partie des Québécois dans les premières semaines de la pandémie. Pour Dominique Anglade, c’est surtout la gestion faite par Horacio Arruda en amont de la crise qui soulève des questions. « Je n’ai pas l’impression qu’on a [bien] anticipé et préparé » le combat contre la COVID-19. « Le docteur Arruda est un très bon vulgarisateur et un médecin respecté, a fait valoir mercredi l’attachée de presse du nouveau ministre de la Santé. Il a toute notre confiance, et celle des Québécois. » - Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux « Il a fallu deux mois après [la confirmation des premiers cas en dehors de la Chine] pour qu’on mette en place une cellule de crise. Pourquoi ? Je n’ai pas eu de réponse à ça. » - Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec Dominique Anglade estime qu’il « y aurait eu lieu d’assurer plus de transparence dans le processus ». Le Parti québécois est d’accord sur ce point — tout en soulignant n’avoir rien contre le choix d’Horacio Arruda.