Nouvelles manifestations et appel à la grève au Chili

Des milliers de personnes manifestaient à Santiago et dans d'autres villes du Chili mercredi, au premier jour d'une grève générale susceptible d'attiser une crise sociale qui a déjà fait 18 morts, dont un enfant de quatre ans. Ce petit garçon a été tué, ainsi qu'un jeune homme, quand un automobiliste ivre a foncé mardi sur un groupe de manifestants dans la région de Concepcion (sud-ouest), a annoncé le gouvernement.Le Chili connaît depuis le 18 octobre ses pires violences en une trentaine d'années, liées à une explosion de colère dans la population qui se traduit par des actions de protestation et des pillages, malgré les gestes que vient de faire le président conservateur Sebastian Piñera en vue de tenter d'apaiser la situation."Nous le disons fort et clair : assez des hausses de prix et des abus !"Outre les 18 morts, les troubles ont jusqu'à présent fait 269 blessés et abouti à environ 1.900 arrestations, selon l'Institut national des droits humains (INDH). A Santiago, qui, à l'instar de dizaines d'autres villes, a été placée en état d'urgence, les contestataires devaient se retrouver mercredi sur la Plaza Italia, au coeur de la capitale, où des centaines de milliers de Chiliens ont manifesté depuis vendredi.«VIVE LA GREVE ! Nous le disons fort et clair : assez des hausses de prix et des abus !», a tweeté mardi soir la Centrale unitaire des travailleurs (CUT), la principale confédération syndicale du Chili, qui a appelé à un arrêt de travail de deux jours, comme une vingtai ...