Animal Crossing, ou s’évader dans les îles entre amis

Animal Crossing, ou s’évader dans les îles entre amis. En confinement, Catherine et Mélanie se rendent visite, discutent dans leur cuisine et organisent des sorties culturelles. Mais pas dans la vraie vie. Grâce à «Animal Crossing : New Horizons». Sorti en même temps que la pandémie, ce jeu met du baume sur le cœur de bien de ses joueurs confinés, dont les deux amies, qui vivent respectivement à Montréal et à Boston. « Chaque jour, on se téléphone et on va visiter nos îles respectives et parler de l’aménagement de nos jardins, des nouvelles pièces dans nos maisons, on discute de tout et de rien comme avant et ça fait vraiment du bien. », - Mélanie Presseau-Dumais. Ils sont des milliers à travers le monde à se brancher à leur console Nintendo Switch pour retrouver la banalité de certains gestes parfois proscrits à cause de la pandémie. « Ça contribue à avoir une petite routine. […] De plus, le jeu est en temps réel, il y a donc des actions que tu ne pourras poser qu’une fois dans la journée », explique Axel. Dans certains foyers, le jeu est même devenu un complément à l’école à la maison, notamment grâce à son système économique interne. « Dans une période où il nous est impossible de prévoir le monde qui nous entoure, si on peut au moins concevoir celui dans lequel on joue [...], ça amène un sentiment de sécurité. » , - Louis-Martin Guay, directeur du diplôme d’études supérieures spécialisées en design de jeux à l’Université de Montréal